La L'explosion De L'escroquerie Au Crédit Rapide

La L'explosion De L'escroquerie Au Crédit Rapide

Depuis l'avènement des plate-formes de crowdfunding en France, un ingénieux mode d'arnaque s'est rependu sur la toile à travers les réseaux sociaux et dans les e-mails : de prétendus crédits en ligne accordés en 24H, sans apport demandé, zéro garanties et par des individus se présentant comme des investisseurs en recherche de placements. Il s'agit bien sûr d'une tentative d'escroquerie, mais la masse d'annonces sur pages donne une idée de l'ampleur du phénomène. Ainsi, un nombre important de particuliers se sont fait avoir du fait de cette escroquerie.

Un scénario bien rodé

Laisser croire à une promesse de crédit rapide

L'arnaque au crédit rapide prend toujours l'aspect d'un scénario plus ou moins crédible. Pour l'escroc, il s'agit d'une étape importante parce qu'il sait que la réussite de son coup est en partie due à la crédibilité de son histoire. Lorsqu'il veut Faire barrage aux escrocs du crédit en ligne venir le plus fort nombre de personnes possibles, il fait écrire et publie une fausse annonce sur des sites ayant beaucoup de fréquentation tels que les forums ou les réseaux sociaux. Beaucoup de pages très populaires ne contrôlent pas les espaces de commentaires accessibles par tous, ce qui devient alors un terrain privilégié des escrocs.

En premier lieu, l'arnaqueur s'affiche en tant que personne qui dispose d'un magot qu'elle souhaiterait faire fructifier en accordant des prêts avec un taux très faible. Parfois, il dit être un retraité qui souhaite se passer de la Banque afin de transmettre l'image d'un homme philanthropique qui aspire à tirer la société vers le haut. Cette stratégie va permettre une chose : jouer sur la détresse financière des gens crédules en leur expliquant qu'un emprunt est envisageable, même avec de faibles revenus. Il propose de leur octroyer un emprunt, même s'ils ont déjà des prêts à rembourser. Une fois le dossier accepté, notre escroc promet d'envoyer l'argent dans un délai record avec des durées de remboursement pouvant s'étaler jusqu'à une dizaine d'années.
S'il est évident pour la plupart des lecteurs que des offres de ce genre semblent improbables, il est à noter cependant que des personnes faisant face à des problèmes d'argent peuvent se laisser berner à cause de cette illusion d'argent rapide qui les attire.

Faire croire à une démarche sérieuse

Sur le web, tout le monde est capable d'inventer une identité avec plus ou moins d'imagination. C'est de cette manière qu'opèrent les arnaqueurs au crédit en créant de toute pièce un personnage fictif qui viendra appuyer leur scénario. D'abord, ils donnent un nom et prénom français à ce faux profil. Exit donc les noms étrangers qui pourraient faire fuir les plus sceptiques. Il faut que la victime ait l'impression que l'investisseur vit aux alentours. Dans un script bien mené, l'escroc peut se transformer en une personne âgée ou jeune retraitée. Les plus malins iront jusqu'à exiger des justificatifs de revenus à la future victime, d'autres exigent de répondre à des questions sur son travail. Pour être un encore plus crédible, notre escroc ira jusqu'à concevoir plusieurs profils qu'il contrôlera pour mettre en ligne de fausses recommandations qui serviront à faire l'éloge de l'annonce.

Donner suite à chacune des sollicitations

Quand la personne ciblée est persuadée du sérieux de son interlocuteur, notre escroc peut enfin passer aux choses sérieuses. Il confirme qu'il accepte son dossier de crédit, mais exige le règlement de frais de dossier par mandat avant de valider définitivement la procédure. Ces frais divers peuvent s'élever à plusieurs centaines d'euros et servent à compenser le temps passé par le prêteur à étudier la demande. Les frais divers sont, selon ses dires, obligatoires pour libérer le crédit. Si la victime paye, notre faux prêteur lui ordonnera ensuite de payer une cotisation d'assurance de crédit obligatoire. Évidemment, la victime ne recevra pas son prêt et notre escroc encaissera les mandats avant de disparaître de la circulation.


De quelle façon se prémunir contre ces escroqueries ?

En France, tout le monde n'a pas l'habilitation pour accorder un prêt et le crédit aux particuliers reste une activité sous surveillance. Si une personne ou une organisation fait de la vente de services financiers via le net, le site doit obligatoirement afficher ses mentions légales ainsi que les CGV. Pour obtenir le statut de société de prêt, un organisme doit posséder un agrément de l'ACPR ainsi que d'une inscription à l'ORIAS. Tout site de crédit entre particuliers doit nécessairement afficher ces autorisations, auquel cas il s'agit sans doute d'une escroquerie.

De plus, il faut savoir que les délais d'obtention d'un emprunt ne sont pas si rapides et qu'il faut (environ) deux semaines avant de recevoir les fonds en banque. Et même si une personne avait des fonds à placer de cette façon, il ferait une profonde et longue analyse de tous les dossiers avant de fixer son choix sur les plus solides.
En temps normal, un organisme n’octroierait en rien un quelconque prêt (personnel, renouvelable ou immobilier) à un demandeur inscrit au FICP de la Banque de France concernant des incidents de paiement.

CONTACT WAK’A

Cra. 19B No. 85-88, Suite 702

Cel. (+57) 314 889 0227

Mail. info@wakagaleria.com

Bogotá - Colombia

Copyright © 2017 Wak'a. All Rights Reserved.
Developed by 113 Ideas